Une drôle de période : le covid et les questions qu’il pose

Il y a le virus, ses victimes, l’anxiété qu’il sème. Il y a la distanciation et son climat de suspicion. Il y a enfin cette économie à l’arrêt, et l’inquiétude croissante, pragmatique : comment va-t-on, individuellement et collectivement, s’en sortir ?

Les boutiques, coincées entre les charges et l’absence de recettes

Les boutiques sont fermées. Certaines boutiques indépendantes recevront l’aide de l’Etat, mais pour un peu que leur bail court toujours, en y ajoutant un vieil emprunt bancaire contracté par le passé pour des travaux ou simplement pour le pas de porte, et tout peut rapidement s’écrouler.

Une année avec triple peine : post gilets jaunes, grève puis coronavirus

D’autant que la pandémie survient en une période où de nombreuses boutiques étaient déjà fragilisées. En une année, il a fallu survivre aux gilets jaunes, puis à la grève. Cette troisième épreuve risque d’en emporter plusieurs, à court ou à long terme.

Le jour d’après, concrètement il se passera comment ?

Une boutique, c’est par définition un lieu où l’on vient voir, et généralement toucher, des objets, des vêtements. Parfois même… les essayer ! Pour les bijoux, la vendeuse proposait déjà de désinfecter les boucles d’oreille par exemple, avant qu’on les essaye. Faudra-t-il aller plus loin ?

Des évolutions sociétales, et donc un impact sur la consommation

On pourrait imaginer que chaque point de vente mette à disposition un gel hydroalcoolique à l’entrée, invitant les clients à s’en passer à leur arrivée et à leur sortie. Comme en ce moment, dans certains magasins alimentaires. Et comme plus généralement dans les EHPAD.

Les questions en suspens pour le secteur du fashion et de la déco

Quelles seront les conséquences, immédiates et plus profondes, pour le secteur qui nous concerne ? Les freins à l’achat ne seront-ils pas compensés par les autres tendances : celle du cocooning par exemple. Quitte à être confiné 2 mois chez soi, autant y être bien. 🙂

Le retour au commerce local, enjeu de la souveraineté économique

Le made in France, d’autant plus cautionné par l’actualité, pourrait connaître une véritable expansion. Les boutiques, qui en avaient fait leur fer de lance, et les artisans créateurs dont c’est l’atout par essence, auront certainement une carte à jouer.

Alors chers tous, boutiques comme créateurs, tenons bon… En attendant que l’avenir nous en dise plus. :I

auteur : pilopoil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s